Mon Semi Marathon de Paris

Mon Semi Marathon de Paris

J’arrive à Paris le vendredi soir, car j’avais promis d’aider ma sœur à déménager. Avec du recul, je me dis que ce n’était pas forcement une bonne idée avant un semi marathon 😉 Cela m’a permis de pouvoir gagner une heure de sommeil le dimanche, ma sœur habitant a moins de 3Km du château de Vincennes. Je profite d’une petite pose entre deux cartons, pour me rendre au Parc Floral retirer mon dossard.

Arrivé sur place je prends conscience, que demain, il va y avoir beaucoup, mais alors beaucoup de monde. Je file au village exposant histoire de ne pas perdre trop de temps. Je vous passe l’épisode du retrait de dossard, qui pour moi est un enfer (Je déteste la foule et les gens qui crient pour se rendre cool).

Me voilà sortie, j’attend deux copines, Daphné et Julie, qui viennent chercher le dossard de Daphné. Je me refais un tour de village :(.

Juste le temps de retrouver Steven, de le présenter aux filles, et je retourne à mes meubles. La nuit tombe, le temps de prendre une douche, et je me rend au Duo Torri, restaurant Portugais Italien, pour retrouver tout mes amis Runners.

Entre Runners

Entre Runners

Je retrouve des têtes connues (Steven, Cécile, Daphné, Julie & Daddy the Beat avec Mme et Junior), mais je fais aussi de superbes rencontres (Carole et Emir des Lapins Runners, Jessica, Audrey & MissBavarde). Ce fut une agréable soirée, mais trop courte à mon gout, et je regrette de ne pas avoir eu le temps de parler avec tout le monde. J’espère qu’il y aura d’autres occasions de tous vous revoir.

De retour chez ma sœur, je règle les derniers détails, et il est temps de se coucher. Ca y est c’est le Jour-J, j’ouvre les volets, et un immense soleil entre dans la pièce :). Ces premières minutes me font penser que cela va être une bonne journée.

Le jour ce leve

Un petit déjeuner, et me voilà parti, et la c’est la boulette, je prend ma voiture !

Apres 40 min a chercher une place je me gare en face du château de Vincennes, sur un passage piéton (En espérant que la police sera indulgente). Le temps de traverser la cour du château et je retrouve mes amis. Quelques mots d’encouragement et nous nous dirigeons vers les sas de départ. Avant d’y rentrer je croise furtivement Carole et Johan, et tout le monde regagne son sas.

Nous voilà avec Daphné prêt à attendre le signal de départ. Bon il aura fallut attendre 50 minutes avant que notre tour vienne.

Dans le sas du Semi Mathon de Paris

Ca y est c’est parti, nous décidons avec Daphné, de courir ce semi ensemble, de ne jamais se séparer. Histoire de mettre toutes les chances de notre coté, nous adoptons un rythme confortable. La première moitié de course se passe sans encombres, il y a beaucoup de choses à voire autour de nous, ainsi que de nombreux groupes de musique.

Tout va bien au Km 10

Tout va bien au Km 10

Nous avions décidés d’accélérer le rythme au kilomètre 13, mais depuis un petit moment Daphné a de plus en plus mal aux genoux. Elle me décrit sa douleur, cela ressemble fortement à une tendinite du Fascia Lata autrement appelé « Syndrome de l’essuie Glace ». Pour avoir déjà eu une fois ce souci, je sais que c’est très douloureux. Mon objectif change, il sera à tout prix de faire passer la ligne d’arrivée à Daphné. Pendant plus de 10 kilomètres, il faudra que je sois omniprésent pour lui éviter de trop écouter sa douleur. Alors commence une longue discussion, je ne sais même pas comment elle a pu se retenir de me mettre un baffe (J’ai été parfois un peu violent avec elle 😉 ).

Au fur et a mesure son état se dégrade, nous passons de 10km/h à 9, puis 8, puis 7. Il va falloir qu’elle donne tout pour pouvoir finir, et il nous reste encore 5 kilomètres (à ce moment je lui dis qu’il n’en reste que 2,5).

A plusieurs reprises elle me dis de partir devant, de ne pas me ralentir, d’une on s’est promis de terminer ensemble et de deux, je sais très bien que si je pars devant, elle s’arrêtera et ne passeras pas la ligne. Je reste avec elle, et j’avoue, j’ai du lui mentir encore une fois en lui disant que si elle marchait la douleur serait encore plus vive. Son visage en disait long sur la douleur qu’elle pouvait avoir. Allez plus que deux Kilomètres (Cette fois ci vraiment 2 Km 😉 ). Je lui raconte des conneries pour faire passer le temps, lui montre des personnes qui sont plus âgées, plus souffrant, en lui disant que eux vont finir, alors pourquoi pas elle. La ligne d’arrivée est au bout, elle se rapproche !

Ca y est, c’est fait, nous avons passés la ligne ensemble !

La première chose que Daphné me dit « Tu m’a menti, j’ai bien moins mal en marchant !» 😉

La belle médaille

Quant à moi, j’ai tellement été obnubilé par le fait qu’il fallait qu’elle passe la ligne d’arrivée, que je n’ai pas vu les kilomètres défiler,  je n’ai absolument pas les jambes lourdes, ni douloureuses.

On nous remet nos médailles, un tour au ravitaillement, pour boire un peu d’eau et manger quelques orange, et nous retrouvons David (Daddy the Beat) avec sa petite famille. Le temps de débriefer un peu la course, et chacun part de son coté.

SMDP2014-TROJANI-Emile

Je regagne ma voiture, qui est toujours là (Merci la Police de Vincennes !) et je rentre chez ma sœur. Je repense à la course et au chrono plutôt anecdotique (2H30), et je me dis que ma vraie victoire, c’est d’avoir tout fait pour que Daphné termine ce semi, et ça, ça vaut tout les chronos du mondes.

En espérant tous vous retrouver très bientôt !

 

 

 

 

Tags: , , , , , , , ,

 

Share This Post

RunInLille

 

18 Comments

  1. Bravo Émile ! Tu as très bien fait ton job pour que Daphné finisse sa course ! Par contre c’est pas bien de mentir ! Vilain 😛
    A bientôt l’ami 😉

     
  2. Prendre la voiture pour faire 3 km quand on va courir un semi … Emile, quand même, tu n’es pas sérieux ! 😉
    Toujours enrichissant de pouvoir accompagner quelqu’un et de l’aider à se dépasser. En même temps, si la blessure est sévère, il est parfois préférable de s’arrêter.

     
    • RunInLille says:

      Oui je te l’accorde ce n’était pas malin 😉
      J’ai préféré jouer la sécurité ne sachant pas dans quel état j’allais finir.
      Au final tout fini bien même pour Daphné, qui va déja un peu mieux 🙂

       
  3. Bravo pour ce semi ! Tu as fait ce qu’il fallait, respect…enfin, non, espèce de menteur ! :p

     
  4. Et sinon à l’issue de la course, est-ce que ta collègue a l’intention de t’attaquer en justice pour mensonge ? Comment va son genou ?

    Pour avoir eu à deux reprises des syndromes de l’essuie-glace, elle a vraiment été courageuse de finir en courant, parce que c’est quand même hyper douloureux. Moi, je n’arrivais plus à courir.

     
  5. Un grand bravo pour avoir fait passer la lignée d’arrivée à Daphné. L’aventure humaine que tu as vécu vaut beaucoup plus que le chrono !

     
  6. Minnierunneuse says:

    Encore une fois bravo. Génial ce que tu as accompli pour ton amie Daphné

     
  7. Daddy The Beat says:

    Wahou… T’as retrouvé ta bagnole !! Cool 😉 J’avoue que je me suis marré quand tu as fait référence au restaurant portugais. C’était en ton hommage !

     
  8. Pingback: Semi de Paris : mon vrai CR « Daddy The Beat

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

 

 
 
%d blogueurs aiment cette page :